Texte de sensibilisation à la douance – Partie 5

Publié sur le site : sosprof.ca   PARTIE 4⬅   PARTIE 5 Comment dépister les personnes surdouées?   Chez les enfants   Plusieurs auteurs et spécialistes en douance ont tenté de dresser un portrait des enfants surdoués. Haut Potentiel Québec dresse le portrait suivant (www.hautpotentielquebec.org/portrait) :   «Sur le plan intellectuel:
  • une grande curiosité (les « pourquoi ? »  sous toutes les formes)
  • une grande capacité d’attention sur les sujets qui l’intéressent
  • un vocabulaire élaboré et structuré (voire précoce) dès le plus jeune âge. Ce sont des enfants qui n’ont pas ou très peu parlé étant bébé
  • un intérêt pour les jeux compliqués
  • l’envie d’apprendre à lire avant l’âge « classique »
  • un grand intérêt pour les lectures « encyclopédiques »
  • un grand intérêt pour les questions métaphysiques (la vie, la mort, la création de l’Univers, les origines …)
  • un changement rapide des champs d’intérêt dès qu’ils sont maitrisés
  • une grande mémoire
  • un grand sens de l’observation et du détail
  • une pensée créatrice et divergente qui peut générer un manque d’organisation
  Sur le plan affectif / comportemental:
  • une très grande sensibilité émotionnelle face à  l’injustice, les reproches, l’échec
  • Une tendance à la négociation due, entre autres, à un profond besoin d’équité
  • une hyperesthésie des sens (visuelle, auditive, olfactive …)
  •  un besoin de sommeil inférieur à la moyenne
  • un très grand sens de l’humour
  • une grande empathie
  • des peurs non « conventionnelles » pour leur âge (peur de la mort vers 3 ans, ou peur de la fin du monde, car le soleil explosera un jour …)
  • une préférence pour lier des amitiés avec des enfants plus âgés ou des adultes …
  • un besoin énorme de stabilité affective
  • une faible tolérance à l’autorité « brute », ces enfants demanderont sans arrêt la justification d’une règle surtout si elle n’a aucun sens à leurs yeux
  • un esprit critique très développé
  • un perfectionnisme qui amène doute, peur de l’échec et/ou procrastination
  • une motivation liée à l’intérêt
  Sur le plan scolaire:
  • une grande capacité ET rapidité d’apprentissage (le besoin de répétition est faible ou inexistant)
  • de possibles difficultés en calligraphie (surtout chez les garçons)
  • une forte résistance à l’apprentissage dit « par coeur »
  • un ennui (rêverie ou agitation) qui peut être confondu avec du TDA(H) alors que l’attention est présente.
  • une difficulté à justifier ses résultats, à argumenter (il « voit mentalement » mais ne sait pas expliquer sa réflexion)
  • des résultats en dent de scie en fonction des matières et des enseignants (lié à l’affectif)
  • une excellente expression orale pour un écrit « catastrophique »
  • une absence apparente de méthodologie. Ces enfants préfèrent utiliser « leur » méthode par rapport aux méthodes scolaires et auront besoin d’aide sur ce point.»
  Vous pouvez aussi trouver d’autres très bons portraits d’enfants surdoués :
  • www.journaldesfemmes.com/maman/expert/52566/portrait-des-enfants-doues.shtml  www.lenigmedupetitzebre.fr/enfant-a-haut-potentiel-intellectuel-c23993807
  Bien sûr, chaque enfant est unique et ne présente pas toutes ces caractéristiques. Par ailleurs, il existe énormément de différences entre chaque enfant surdoué.   Caroline Mann Kiefer, orthophoniste française, résume très bien, dans son mémoire de 2015 disponible sur le site de Haut Potentiel Québec, que du côté des chercheurs (par ex. Revol 2006, Siaud-Facchinm 2002), on souligne d’autres particularités des enfants surdoués :
  • «Une pensée en arborescence qui se déploie simultanément dans de multiples directions et qui est à la fois source de grande créativité et de difficulté dans la sélection de l’information pertinente.
  • Une pensée globale et intuitive avec un raisonnement analogique qui permet de faire des liens rapidement, mais rend difficile l’argumentation du raisonnement.
  • Une pensée qui a besoin de sens pour se développer et qui génère questionnement et besoin de comprendre pour apprendre.
  • Une pensée pour laquelle le sens des mots a son importance; paradoxalement au fonctionnement global et analogique cité plus haut qui peut être à l’origine de malentendus avec les professeurs.
  • Une pensée qui fonctionne à l’affectif pour avancer : pour apprendre, l’enfant a besoin d’être valorisé dans ses apprentissages, d’apprécier ses enseignants et de maitriser son environnement.»
  Test de dépistage? En bas de page, vous y retrouverez un test d’identification (dépistage) des jeunes surdoués reproduit avec l’autorisation de l’auteur Jean-Victor Terrassier, psychologue français spécialisé en douance. Il est issu du livre de Jean-Victor Terrassier: « Les enfants surdoués ou la précocité embarrassante » (3ème édition) – ESF Edition. Vous pouvez remplir directement l’inventaire de dépistage sur le site de Haut Potentiel Québec. Il peut être utilisé pour identifier les enfants surdoués qui ont des difficultés scolaires. Les résultats apparaissent lorsque vous avez répondu aux 21 questions.   Mais attention, ce test ne sert qu’au dépistage et n’a aucune valeur diagnostique. Ce n’est pas parce que le résultat indique une hypothèse de précocité intellectuelle que l’enfant en a forcément une. Et ce n’est pas parce que le test ne retient pas l’hypothèse de douance qu’elle est éliminée. Seul un psychologue ou un neuropsychologue qualifié peut poser un tel diagnostic dans le cadre d’une évaluation globale de l’enfant.   Et les adultes?   Cette section sera terminée sous peu. N’hésitez pas à consulter www.tdahmonteregie.com/services-enfant-a-adulte/douance pour la suite.     RÉFÉRENCES -Antshel, K. M. (2008). Attention-Deficit Hyperactivity Disorder in the context of a high intellectual quotient/giftedness. Developmental Disabilities Research Review, 14, 293-299. -Antshel, K. M., et al. (2007). Is attention deficit hyperactivity disorder a valid diagnosis in the presence of high IQ? Results from the MGH Longitudinal Family Studies of ADHD. Journal of Child Psychology and Psychiatry, 48, 687-694. – Bélanger, S. (2010). Attitudes des différents acteurs scolaires à l’égard de l’inclusion. Dans Rousseau, N. (dir.), La pédagogie de l’inclusion scolaire (2e éd.), (p. 111– 132). Québec, QC : Les Presses de l’Université du Québec. – Burger-Veltmeijer, A. E.J., Minnaert, A. E.M.G., & Van Houten-Van des Bosch, E. J. (2011). The co-occurrence of intellectual giftedness and autism spectrum disorders. Educational Research Review, 6, 67-88. – Direction des statistiques et de l’information décisionnelle Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2014). Statistiques de l’éducation. Enseignement primaire, secondaire, collégial et universitaire. Éditions 2012. Bibliothèque et Archives nationale du Québec. Ce document peut être consulté sur le site Web du Ministère : www.mels.gouv.qc.ca -Grizenko, N., Qi Zhang, D. D., Polotskaia, A., & Joober, R. (2012). Efficacy of Methylphenidate in ADHD Children across the Normal and the Gifted Intellectual Spectrum. J Can Acad Child Adolesc Psychiatry, 21, 282-288. -Mann Kiefer, Caroline. (2015). Mémoire de maitrise en Orthophonie : Hauts potentiels et Troubles Spécifiques des Apprentissages : étude de la présence de TSA auprès d’une population de collégiens à hauts potentiels. -Guénolé, F., Speranza, M., Louis, J., Fourneret, P., Revol, O., & Baleyte, J-M. (2015). Wechsler profiles in referred children with intellectual giftedness : Associations with trait-anxiety, emotional dysregulation, and heterogeneity of piaget-like reasoning processes. Official Journal of the European Paediatric Neurology Society, 19, 402-410. -Mann Kiefer, Caroline. (2015). Mémoire de maitrise en Orthophonie : Hauts potentiels et Troubles Spécifiques des Apprentissages : étude de la présence de TSA auprès d’une population de collégiens à hauts potentiels. -Revol, O. (2006). Même pas grave ! L’échec scolaire, ça se soigne. Paris : Jean Claude Lattès. – Revol, O., Poulin, R. & Perrodin, D. (2015). 100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel. Paris : Édition Tom Pousse. -Siaud-Facchin, J. (2002). L’enfant surdoué : l’aider à grandir, l’aider à réussir. Paris : Odile Jacob. -Terrassier, J.C. & Gouillou, P. (2016). Guide pratique de l’enfant surdoué, 11e édition, Repérer et aider les enfants précoces. Paris: ESF éditeur. -Tremblay, P. (2015). Les attitudes d’enseignants du secondaire envers la Politique québécoise de l’adaptation scolaire. Revue canadienne de l’éducation, 38, 2-29.
Print Friendly, PDF & Email